vendredi 8 juin 2007

Attente, bis

Je regardais hier soir Dexter, et je me faisais la réflexion suivante : qu'elle sera la réaction de Debra (photo) quand elle appprendra ce qu'elle ne tardera pas à apprendre (ceux qui suivent la série, me comprendront - pour les autres, désolé, mais je ne veux pas déflorer les intrigues... hé, hé...).

Comme je suis un gars sensible (en fait, je suis le type le plus gentil du monde), j'en veux horriblement aux scénaristes de m'imposer la douleur à venir, l'anticipation de sa douleur. Alors, oui, c'est vrai, c'est une fiction - Elle pleura, beaucoup (sans doute) à la fin de la saison (la semaine prochaine), et puis... Jennifer Carpenter repartira pour un tour, dans une deuxième saison.

Mais sincérement, faut-il tant de méchanceté en soi pour nous imposer çà, à nous, pauvres spectateurs qui n'avons rien demandé ?

---------------------------

"C'est la première fois que l'attente - mon attente - n'est pas fébrile. Elle est à la fois emplit de certitudes, et non plus de seulement de doutes." : tu parles !

Je me suis préparé longuement pour ce job, j'ai beaucoup travaillé, dans l'espoir hypothétique qu'il surgirait, un jour : une potentialité ridicule. Il a surgit - et j'attends. Alors, tous les beaux discours, les bonnes résolutions, la pensée positive : rien, il ne se produira rien.

PS : bon, je crois que c'est rappé. C'est pas grave - juste une aprés-midi pour digérer et repartir.

2 commentaires:

florence Meichel a dit…

oui, c'est pas grave ! :-) la vie continue...juste une étape !

Michel a dit…

Ben, merci...