mercredi 7 mars 2007

Avant l'écriture...

C’est assez étrange comme impression. Un personnage se met en place très lentement – il infuse avec un nuage de lait, il grandit dans ma tête et dans mes yeux avant d’être sur le papier. Je n’arrive pas encore à le saisir, à le comprendre : je le vois presque se mouvoir, agir, j’entends presque sa voix… et il s’échappe encore à mes doigts.

J’aime son visage – il est apparut très clairement, une évidence - une gravité que je pressens. Même si c’est futile d’écrire pour un acteur ou une actrice (surtout dans ce cadre), cela m’aide à créer physiquement un état, une réalité. Je suis dans l’expectative : elle est invisible – mais je sais qu’elle est présente. Bref, rien n’avance – et tout change quand même, peu à peu.

2 commentaires:

laurie a dit…

J'adore les mots qui racontent l'émergence. Ils sont humbles, fragiles, d'une grande netteté et surtout, emplis de l'énergie de la découverte.
Ca m'inspire.

Michel a dit…

Mais l'émergence n'est rien, si rien de beau n'existe aprés.