lundi 16 juillet 2007

Intuition

Il est assez jouissif de constater que ses intuitions sont confirmées. Même si elles se peaufinent, changent de direction, s'étoffent : elles restent comme un point de départ, un encouragement.

J'organise mon travail - je ne rédige pas : je conceptualise, lentement. Je me force aussi à ne pas être illustratif, à ne pas créer des séquences avec l'objectif de montrer ou de démontrer. Tout doit couler, logiquement, s'inscrire dans le temps et les lieux, naturellement.

D'abord, il y a le titre - que j'ai exfiltré d'un autre concept. Ensuite, il y a des séquences - lieux, personnages, des dialogues, de la musique, une lumière.

Puis, en dessous d'une ligne jaune, des notes, des objectifs, des "pas à pas", les séquences à venir. En parallèle, il y a bien sûr les documents, les synthèses... des phrases éparses. J'y pense, je prend des notes comme autant de croquis et d'esquisses... J'en suis aux esquisses, juste aux esquisses, sans très bien comprendre le tableau, la perfection à venir.

1 commentaire:

laurie thinot a dit…

Prends toi à bras le corps et risque toi à FAIRE et à CHOISIR !
C'est dur mais quand on est dans le vrai, ça sonne commeune évidence tout à coup, même si l'errance a été longue...