lundi 5 mars 2007

The West Wing - C'est le moment...


Plus je regarde l'actualité de cette campagne électorale, plus je me dis que les diffuseurs devraient aller plus loin que le seul foisonnement actuel d'émissions. L'ensemble des médias semblent surpris par leur succés - mais sincèrement, c'était d'une logique implacable :

- Élection de 2002 : les français ont été sevré de débats pour les raisons qu'on connait.

- Plus que la forte mobilisation le jour du scrutin, c'est une véritable recherche qui agita la France lors du référendum : émissions de télévision, livres sur la constitution devenant des best-seller.

- Mais aussi, pipolisation de la vie politique tout au long de ces dernières années...

La série politique écrite par Guy Birenbaum a été retoqué par Canal +. De deux choses l'une, soit elle n'était pas si bonne que ça ; soit elle était trop acrimonieuse - même si je n'ai pas d'informations particulières, j'opte pour cette raison...

La montée de François Bayrou dans les sondages, la tentation de 'l'extrême centre' - les turbulences que cela suscitent... me font penser à la campagne électorale du Président Bartlet (saison 2). Voir les flash-back sur les primaires démocrates : le gouverneur d'un petit état se lance dans la course à l'investiture "pour éviter que le favori ne se dise trop de bêtises". Et puis, il se prend au jeu... Les références à Bill Clinton sont trop flagrantes ; je ne sais pas s'il gagnera son pari - ni de quoi sera fait les résultats (suis vraiment très mauvais en pronostics... et en plus, je ne suis pas politisé).
A la Maison Blanche n'est pas tendre avec les politiques (renoncements, marchandages, brutalité...) , mais elle met également la politique au sens noble du terme au centre de la série : changer la vie ; les dangers de notre monde (Inde / Pakisatan ; Corée du Nord...) ; etc. Il n'est pas rare que lisant un article, un livre, des épisodes me reviennent en mémoire - la virtualité devant la réalité : c'est assez troublant. Ce qui fait la force de The West Wing, c'est l'équilibre. C'est l'équilibre qui doit prévaloir. C'est la clé du succés sur ce thème. Aprés, il y a l'écriture, la qualité de l'interprétation, les moyens financiers, etc. C'est vrai. Mais au début, il y a surtout ce positionnement stratégique dont le reste découle.

1 commentaire:

bertrand a dit…

Une série très bien écrite, et intelligente. Un peu trop d'ailleurs à mon goût : si tu décroches 2 minutes tu ne suis plus rien.
Dans le même genre de série superbement écrite, tant les personnages, les dialogues que la dramaturgie, Les Soprano. Je ne m'en lasse pas. La progression d'une saison sur l'autre me bluffe à tous les coups.