vendredi 8 décembre 2006

Une vie

Je pourrais vous parler du retour de 'Pas-de-bol-Jack-la-testostérone-qu'à-coté-de-lui-James-Bond-est-une lavette',

Que j'ai pleuré comme une madeleine à la fin de Cold Case,
Et qu'il m'a fallut décompressé devant les Chevaliers du Ciel (comme disait Alex : "ri-di-cule")...

Pourrais également vous parler du supplément des Echos d'hier concernant l'innovation et de sa concrétisation dans les modéles de production...

Mais, aujourd'hui, j'ai la flemme d'écrire et de développer. Alors je fais un copié-collé d'un petit scénario de court métrage. Il est loin d'être original, mais je l'aime bien - non, pas une fierté, mais plutôt un attachement affectif. Donc voilà..

UNE VIE


1-NOIR

Un homme
(voix off)
D'abord, il y eut le mensonge.


2 - INTERIEUR JOUR - CHAMBRE D'ENFANT
(Un père habille son enfant de 6 ans. Il sort les affaires du placard : blouson en nylon blanc, pull-over noir, pantalon gris, chaussettes rouges, chaussures cirées, et les tend à son petit garçon, qui les enfile.)

L'enfant
On va où ?

Le père
Au parc de la mairie... On va voir les canards...

L'enfant
Ah.

(Le père soupire, se baissant, un genou à terre, il rentre la chemise de son fils dans le pantalon.)

Le père
Tu ne sais pas t'habiller... Tu vas voir, on va bien s’amuser tous les deux… Il paraît qu’il y a de nouveaux cygnes…

L'enfant
Pourquoi tu m'habilles comme çà ?

Le père
Tu n'as pas envie d'être bien habillé ?

L'enfant
Ben, pas pour voir les canards.


3 - INTERIEUR JOUR – COULOIR D’IMMEUBLE
(Ils sortent de l’appartement, et se dirigent vers l’ascenseur. Le père s’adosse – et attend. Il regarde son fils, et sourit, un peu : l'enfant l’imite : même attitudes, même gestes.)


4 - EXTERIEUR JOUR - RUE
(Le père marche vite, obligeant son enfant à – presque - trottiner à son côté. Il le tient par la main. Il fronce les sourcils. L’enfant le regarde. Le père rentre le ventre.)


5 - EXTERIEUR JOUR - JARDIN PUBLIC
(Ils s'arrêtent devant un banc – le père regarde sa montre.)


L'enfant
Papa, qu'elle heure il est ?... Quelle heure il est ? … Dis, on attend qui ?

(Il reprend la main de son fils - ils repartent dans les allées du parc, reviennent sur leur pas, se retrouvent au même endroit, devant le même banc, vide.
Ils s'éloignent à nouveaux.)


6 - EXTERIEUR JOUR - JARDIN PUBLIC
(Une femme lit un roman de la collection blanche. Pas très jolie, très chic, elle sourit à leur approche. Elle se lève - ils se rencontrent.)

Elle
Bonjour...

(L'enfant les regarde s'embrasser, sur la joue.)

Le père
Bonjour... (Ils se sourient) Çà va ?

Elle
Bonjour, ça va, et toi ? (A l’enfant, se baissant, un peu.) Bonjour…

Le père
C'est Matthieu, mon gamin...

Elle
Bonjour, Matthieu. Moi, c'est Anne, ou Nanou, si tu veux...

(Elle lui tend la main - son père le pousse dans le dos.)

Le père
Va lui faire un bisou - il est timide.

(L’enfant l'embrasse.)


7 - EXTERIEUR JOUR - RUE
(Le père et le fils marchent main dans la main, tout doucement, ils refont le chemin à l'envers...)

Le père
Elle est gentille, pas vrai ? Qu'en penses-tu ? ... Elle t'aime déjà, tu sais… … Il ne faudra pas dire à Maman qu'on a rencontré Nanou aujourd'hui. C'est vrai, ce n'est pas bien de mentir, mais c'est pour ne pas lui faire de la peine. Mentir quand on ne veut pas faire de la peine, ce n'est pas vraiment mentir… Tu verras, la vie n'est pas si simple. Il y a ce que les petits garçons ne doivent pas faire , et ce que les grands peuvent faire - et toi, tu deviens grand. Tu comprends ?

L'enfant
Je comprends.

(Son père le regarde.)

(Noir.)


8 - INTERIEUR NUIT - SALON
(Les clés d'une porte qui se referme tintent. Le dos tourné, une femme vaguement éclairée regarde au dehors, les bras croisés, dans le silence. L'enfant est assis dans le canapé - n'osant bouger, s’enfonçant dans le canapé, il ne fait rien d'autre que de regarder sa mère.)


9 – INTERIEUR, DEBUT DE SOIREE DE PRINTEMPS - CUISINE
(La mère et son fils rangent la vaisselle.)

La mère
Qu'est-ce que tu as fait aujourd'hui, mon chéri ?

L'enfant
On est allé au parc avec Papa, et j'ai rencontré des copains, qui jouaient au foot.

La mère
Tu as marqué ?

L'enfant
Je n'ai pas joué. Papa voulait bien, mais à cause de Nanou, je n'ai pas voulu faire d'histoires. Tu sais, elle est gentille la nouvelle maman de papa.


(Noir.)


10 - INTERIEUR NUIT - NOUVEL APPARTEMENT
(C'est un petit deux pièces-cuisine, propret, discret, sombre : une table, des chaises, un canapé. Le père termine de ranger ses outils...
Elle inspecte la pièce dans ses moindres recoins ; accroupis, son ongle gratte une ride de peinture.)


Le père
Voilà, c'est fini !

La mère
(se retournant)
On doit t'en être reconnaissant, peut-être ?

(Le père regarde son fils, et passe sa main dans ses cheveux. Il lui sourit.)


Le père
Tu as deux maisons maintenant… Bon, il faut que j'y aille.

La mère
(Se radoucissant)
Oui, c'est çà - et deux Noël, deux aninverssaires..


11 - INTERIEUR NUIT - NOUVEL APPARTEMENT
(La mère se recroqueville dans le canapé-lit déplié. L'enfant est couché dans la chambre. Elle pleure, légèrement, elle gémit à peine - inaudible, un souffle...L'enfant se lève, la rejoint lentement, l'entoure de ses bras, la berce délicatement, et la console d’un léger soupire en carressant ses cheveux...)


Un homme
(voix off)
On ne peut pas dire que les choses se soient faites en douceur. Non, on ne peut pas dire qu'elles se soient jamais faites, tout simplement. J'ai changé de chambre, du jour au lendemain, sans que les choses soient dites, expliquées. Je savais, c'est tout. C'est la toute première fois que je consolais quelqu'un. C'est agréable, çà permet de s'oublier, d'être utile, de s'engager un peu dans une vie, qui, pourtant, ne me concerne plus.


(Noir.)


5 commentaires:

Anonyme a dit…

J e voulais mettre un commentaire sur Jack La Terreur et Miss Sourcils Fronsés (quelle daube) mais bon finalement juste ceci : elle est très belle l'histoire du petit garçon et tellement vraie...

Bravo.

Michel a dit…

Pas d'accord concernant jack - la saison 5 commence trés fort !!!

Anonyme a dit…

Oauis on voit que t'es un gars.....un vrai!

Sisyphe a dit…

"Je ne veux pas être un auteur".
Ben voyons... Plus d'autre question, votre honneur.

Michel a dit…

J'en étais sur !!!! Je savais que ça me reviendrai en pleine poire...